Pourquoi ne vivons-nous pas « l’Islam de la Norvège »?

Par Ahmed Assid

Je ne sais pas qui a publié une blague selon laquelle les pays développés d’Europe du Nord, qui occupent les premiers rangs en matière de qualité de la vie, de gouvernance et de gestion, dont la Norvège, ont réussi car ils appliquent le « véritable Islam », que, nous, nous avons abandonné.

Les premiers contacts des musulmans avec le modèle étatique occidental moderne au 19ème siècle et au début du 20ème ont constitué un choc pour certains voyageurs qui ont décrit la société occidentale en affirmant : « J’ai vu un Islam sans musulmans ». C’est la même idée que les mouvements islamistes reproduisent aujourd’hui, plus d’un siècle plus tard, une période au cours de laquelle les musulmans ont échoué à construire un modèle réussi de renaissance et de développement.

De telles affirmations reflètent aujourd’hui la misère de la conscience islamique contemporaine et son incapacité à voir la réalité, en ce sens que ces idées argumentaires cachent de nombreuses réalités:

La première est que la mouvance islamiste, qui a échoué dans tout, au lieu de reconnaître l’échec de l’islam politique et d’admettre la nécessité de la laïcité, incarnée de la meilleure manière par les pays de l’Europe du nord, fait exactement le contraire en volant les succès des autres et en les attribuant à sa foi.

La seconde est qu’ils visent avec leurs affirmations à faire triompher la religion et non pas à faire connaître les modèles réussis et les facteurs de la renaissance des pays développés, facteurs qui constituent un système indivisible. C’est pourquoi, les islamistes réussissent à répandre la religiosité mais échouent complètement à faire répandre la science, le savoir, les libertés et les valeurs humaines.

Troisièmement, ils veulent l’honnêteté, la justice, les bonnes actions, la répartition justes des richesses, le non-gaspillage, la gouvernance économique, la propreté, l’alternance au pouvoir, la séparation des pouvoirs, l’Etat de droit et l’égalité de tous les citoyens, mais ils ne savent pas que tout cela est organiquement lié à d’autres valeurs qu’ils rejettent. Ils font face à deux problèmes majeurs, à savoir :

1) que ces principes et valeurs positives sont organiquement liés à d’autres valeurs qui sont la pleine égalité entre les hommes et les femmes et entre tous les citoyens, sans distinction de couleur, de sexe, de croyances, de race et de lignage familial, les libertés individuelles et collectives, dont la liberté de croyance, de pensée, d’expression et de presse, de choix du style de vie et du principe de respect d’autrui, qui est l’essence même du système laïc occidental. Est-ce que ces valeurs sont également présentes dans l’Islam? Si oui, pourquoi ils s’y sont farouchement opposés? Soit ils ne connaissent pas l’Islam, soit l’Islam ne comprend pas ces valeurs qui sont à la base du développement de l’Occident.

2) que l’Islam renferme sans aucun doute des valeurs nobles, mais elles sont liées organiquement à un système de valeurs qui inclut d’autres valeurs contraires aux premières, un système qui était lui-même lié à un contexte civilisationnel et social antérieur qui n’existe plus aujourd’hui et qui trouvent leurs origines dans ce que nous appelons les « versets et les hadiths contradictoires » lesquels sont apparus dans des circonstances différentes et ont été rassemblés dans des livres et gardés en vue d’être utilisés en cas de besoin. Ce qui fait de l’Islam un cadre pour la justice et son contraire, pour l’égalité et son contraire, pour la paix et son contraire, pour la tolérance et son contraire, et pour la science et son contraire, et a fait plonger les musulmans dans des contradictions jusqu’à ce jour, incapables de sortir de l’ancienne jurisprudence et de se livrer à une lecture qui leur permet de choisir les valeurs qui sont conformes au temps actuel, et de délaisser le reste car lié à une société et à un Etat dépassés, considérant que ce qui permet de réaliser le bien, la paix, l’égalité, la justice et le progrès comme dans les pays qui réussissent, est exactement ce que la sagesse de Dieu voudrait.

Faisons un exercice simple pour que nos frères musulmans comprennent le dilemme dans lequel ils se sont empêtrés en raison de leur mauvaise façon de penser:

Supposons que nous avons suivies les affirmations de ces derniers et que nous avons décidé d’appliquer « l’Islam de la Norvège », que nous ne pouvons pas qu’accepter avec enthousiasme, nous verrons que la première chose merveilleuse sur laquelle a été fondée leur renaissance est la liberté et la pleine égalité entre les citoyens sans discrimination, au point que les femmes occupent la moitié des postes étatiques. Nos frères musulmans vont sans doute s’agiter et dire: « Nous sommes musulmans, nous ne sommes pas des Norvégiens, nous, nous avons nos particularités religieuses, nos anciennes traditions et nos constantes qui sont les constantes de la nation », ce qui rend impossible l’application de l’égalité comme en Norvège. Et ce à quoi ils ne prêtent pas attention, c’est que le développement qu’ils aiment et l’appellent « Islam » en Norvège, est le résultat de cette énergie créée par le dynamisme des femmes aux côtés des hommes. L’égalité dans les sociétés nordiques, qui ont réussi, est à la base de la dynamique sociale et de la crédibilité des institutions et des lois.

Un autre exercice: au Norvège il y a une religion officielle dans la Constitution, mais elle n’est pas considérée comme une source de législation et l’État ne l’impose pas à ses citoyens, ni le contrôle, ni l’utilise en politique, ni dans des discriminations entre les citoyens. Et dans l’enseignement, toutes les religions présentes sur son territoire – judaïsme, christianisme, islam, bouddhisme, etc- sont enseignés pour que les enfants norvégiens respectent tous les membres de ces religions dans leur pays. Les enfants ne sont pas obligés de suivre une religion particulière, mais sont libres de choisir à leur maturité et majorité à l’âge de 18 ans, car le système éducatif est basé sur les principes de liberté et de créativité, et non pas sur l’imitation et le suivisme.

Nos frères islamistes diront: Mais l’islam est le dernier des religions et le meilleure de toutes les autres et que toutes celles qui l’ont précédé sont déformées et que l’Islam est la « seule vraie religion ». Comment pouvons-nous procéder alors pour faire connaître dans nos écoles des religions déformées et pousser les élèves à les respecter alors que ce sont les religions des mécréants?

Le problème, qui constitue un obstacle cognitif dans la pensée des islamistes, c’est que ces derniers sont incapables de comprendre le caractère global du système sociétal occidental réussi, qui est le résultat d’un long développement et processus historiques au cours duquel ces société sont passées de l’esclavage à la libérté, de la tyrannie à la justice, de la superstition à la rationalité, et de l’ignorance à la science. Les islamistes admirent la gouvernance, la répartition équitable des richesses, l’administration efficace et l’alternance au pouvoir en Occident. Mais ils veulent tout cela sans égalité entre les sexes, sans les libertés, sans la séparation de l’Etat et de la religion alors qu’il n’est pas possible de réaliser l’une sans l’autre. Si non, ils auraient pu les réaliser dans leurs pays, aussi bien par le passé que dans le présent.

« L’Islam de Norvège » n’est donc qu’un système fondé sur les valeurs humaines universelles auxquelles ont contribué toutes les civilisations humaines sans exception et qui sont les mêmes valeurs que partagent tous les pays ayant réussi alors que les musulmans ne les reconnaissent pas, les combattent quotidiennement dans leurs écoles et leurs médias et leur semble étrangères à leur « authenticité » et c’est pour cette raison qu’ils sont arriérés.

Source

  •  
  •  
plus récent plus ancien Le plus populaire
أحمد عصيد: لماذا لا نعيش -إسلام النرويج- ؟ - أحمد عصيد - AkalPress

[…] Pourquoi ne vivons-nous pas « l’Islam de la Norvège »? […]